Cours @ Paris

Studio Campus

12 Rue Froment

75011 Paris

     

     Breguet Sabin - Bastille

La petite flûte traversière en bambou shinobue (篠笛) est utilisée au Japon dans divers styles dont le minyo (musique populaire), la musique accompagnant les festivals (hayashi), le kabuki (le théâtre au 17e siècle) et le nagauta (le chant classique traditionnel japonais). Le shinobue est un instrument traditionnel connu et populaire au Japon.


La flûte est percée de 7 trous de jeu, l'intérieur est laqué. Elle donne une gamme diatonique majeure plus une altération permettant de jouer les modes les plus usités en musique japonaise.

CONTACT

Cours @ Bruxelles

Rue des Aduatiques 15

1040 Bruxelles


    

Merode /  Montgomery

                                                                

A propos du shinobue & de la musique japonaise

Blog

Histoire de la musique japonaise & les flûtes

Gagaku : Originaire de la Chine et de la Corée, le gagaku est une musique de la cour qui est arrivée au Japon au 5e siècle et est devenue officielle au 8e siècle. Il y a le kangen (orchestre), le bugaku (la danse) et l'utamono (le chant). Dans cet ensemble instrumental avec les percussions, les instruments à cordes et l'instrument à vent, la flûte qui est utilisée s'appelle "Ryuteki" (竜) littéralement "Dragon flûte". Le sho (la petite orgue à bouche) représente la voix du ciel, le hichiriki (le petit instrument à double hanche) représente la voix de l'être humain et le ryuteki représente la voix du dragon qui lie la terre (humain) et le ciel.

Souvent la musique du gagaku commence par une mélodie jouée par le ryuteki (la flûte) suivi par les shos. Avec la voix des être vivants sur terre, la musique de gagaku exprime l'univers.

(placeholder)

Théâtre Nô : L'origine du Nô est un théâtre populaire qui est arrivé de Chine au Japon en même temps que le gagaku. Ce théâtre populaire, appelé "sangaku", a fusionné avec les autres danses et musiques folkloriques japonaises puis est devenue "Sarugaku"(猿楽 littéralement le singe et la musique). Le théâtre était appelé 'Sarugaku' jusqu'au 19e siècle.


Ce sarugaku a été joué par les paysans pendant l'ère Heïan (794-1185).  Mais pendant l'ère Kamakura (1185 - 1333), après que le pouvoir, alors dans les mains des aristocrates, s'est déplacé dans les mains des samuraïs, le sarugaku commence à recevoir le soutien des temples et c'est alors que se sont mis à apparaître des troupes professionnelles. Pendant l'ère Muromachi (1336-1573) les célèbres acteurs du sarugaku, Kanâmi et son fils Zéami, ont été fort soutenus par le shogun de l'époque et c'est à cette époque le théâtre nô fut créé.


L'ambiance du théâtre Nô est mystérieux et spirituel. Il a été pratiqué par de célèbres samuraïs pendant l'époque de la guerre. La flûte qui est utilisée dans ce théâtre s'appelle Nôkan. Au contraire du shinobue, cette flûte ne donne pas une gamme à cause du "nodo" (la gorge) une pièce supplémentaire en bamboo à l'intérieur de la flûte. Cet effet crée le côté mystérieux de cette flûte.

(placeholder)

Le nôkan (noir) et le shinobue

La vidéo commence fort (attention à vos oreilles

Théâtre Kabuki : Le théâtre kabuki a été créé par une dame Okuni. A cette époque, les personnes qu'on appelait "kabuki mono" étaient considérées comme des hippies. Or le théâtre nô était devenu un théâtre noble et au contraire de ce théâtre de Okuni. Or ce dernier était plus dynamique qui a été apprécié par le peuple. Une fois qu'il est devenu populaire, beaucoup de femme prostituées l'ont imité et le gouvernement Tokugawa a interdit que ce théâtre soit dansé par les femmes. Le peuple resista à cette loi et ont déguisé des jeunes hommes en femmes... Actuellement les joueurs du théâtre Kabuki sont reservés aux hommes.


Les flûtes utilisés dans le théâtre kabuki sont le nôkan et le shinobue. Le shinobue (le mot shinobue par contre n'existe que depuis 100 ans) a été toujours utilisé dans la musique sacrée ou dans la musique pour les fêtes régionales. Dans la musique de kabuki, il y a des chanteurs et des  joueurs de shamisen. Mais la flûte est incluse dans le groupe "Hayashi kata" avec les percussions.

(placeholder)

Ozashiki-ongaku Jiuta, Sankyoku etc... peuvent être considérés comme de la musique de chambre traditionnelle japonaise, jouée le plus souvent avec koto ou shamisen et chant (le joueur chante en même temps que jouer l'instrument) et parfois avec "Ohayashi", c'est-à-dire dire avec percussions et shinobue. Ozashiki veut dire "la chambre" et ongaku est "la musique".


Le shinobue a accompagné aussi la danse traditionnelle japonaise, "Nihon - Buyo". La musique japonaise a été souvent développée avec la danse, le chant ou le théâtre.

(placeholder)

Ohayashi : Ohayashi est une musique de fête folklorique jouée souvent au shinobue et taikos (tambours japonais).

(placeholder)

Musiques instrumentalles : après l'ère Meiji, influencé par la musique occidentale, les musiciens commencent à composer la musique pour les instruments (sans chant). Une des pièces les plus connues en Europe est "Haru no umi" composé par Michio Miyagi pour koto et shakuhachi. Ce genre de musique instrumental perdure jusqu'à notre époque et il existe également de la musique pour les instruments traditionnels japonais et les instruments occidentaux.

(placeholder)
EN SAVOIR PLUS